Lâcher la pression par temps difficiles pour les IDEL

idel temps difficiles

Depuis un an, les infirmiers libéraux parmi le corps soignant ont été très sollicités avec l’épidémie de coronavirus. La fatigue se fait sentir et le manque de soupape pour décompresser vient à peser sur le moral de chacun. Tous les moyens sont donc bons pour tenir et s’évader lors de son temps libre, dès que possible pour les IDEL.

Des temps compliqués pour les IDEL

On le sait et on le comprend, en ce moment, on attend tous que la vaccination se fasse pour sortir de cette période morose. Certes, cette année 2020 aura permis à de nombreux IDEL de faire plus d’actes, d’intervenir en dehors de leurs tournées de soins en EHPAD, en centres de dépistage, en centres de vaccination. Et en attendant, les autres soins lors de vos tournées, n’ont pas diminué… alors à quand le repos ? A quand la décompression, les vacances loin de chez vous pour faire un bon break et profitez de ce que vous avez durement gagné ?

Enchainer 15 jours intenses, vous l’avez toujours fait, et avez toujours su le faire. Mais c’était bien sur en comptant sur les jours de repos qui allaient arriver où vous alliez pouvoir faire votre sport, voir vos proches, partir en weekend, et profiter tout simplement de la vie… Aujourd’hui ? No comment. On a juste hâte que le printemps arrive pour profiter des doux rayons du soleil…

Des patients difficiles à gérer en tournées de soins

En ce moment, nombreux sont les infirmiers libéraux à sentir une tension qui s’installe. Une tension tout d’abord en eux, avec l’envie de souffler et cette incertitude qui plane pour voir enfin la fin de cette épidémie. Chacun doit porter son lot d’angoisses.

Mais il y aussi une tension palpable chez les patients, qui sont confinés chez eux car fragiles, depuis des mois, devenant de plus en plus difficiles à gérer. Une personne qui se plaint, ou deux dans une journée, cela passe encore, mais 40 passages et tous qui se plaignent et tous les jours, ce n’est vraiment pas l’éclate ! L’IDEL d’aujourd’hui joue un rôle de proximité et de présence plus important que jamais. #CouteauSuisse 😉

Des solutions pour les IDEL pour reprendre le pas

Parler, parler, parler

On le dit souvent, mais il est très important d’en parler quand cela pèse. Peut-être que vous n’avez plus droit à la transmission autour d’un café en terrasse entre collègues infimiers, mais un bon coup de fil où vous pouvez échanger avec eux/elles, cela fait toujours du bien. Et surtout on oublie pas de parler des anecdotes croustillantes pour rire un peu, hein ! 🙂

Bien sûr, si vous vous sentez glisser vers le fond du trou, n’attendez pas. Des numéros spéciaux sont mis en place pour permettre aux soignants de parler aussi à quelqu’un que vous ne connaissez pas. Faire la/le confident.e de vos patients ne vous empêche pas de vous confier vous aussi. 😉

  • Numéro d’écoute unique (Ordres professionnels)  : 0.800.800.854, disponible 7 jours sur 7 et 24h/24. 
  • SPS Soignants en souffrance : 0 805 23 23 36 – gratuit, disponible 24h/24 et 7j/7.

Lâcher la soupape avec d’autres activités

Avant, vous aviez peut-être l’habitude d’aller nager à la piscine pour décompresser de votre semaine de tournée, par exemple ? Bien sûr, là, on ne vous demande pas de faire comme ces nageurs professionnels qu’on a vu nager sur leur couette de lit en mode “planche” pendant le 1er confinement ! :p Mais aujourd’hui, vous pouvez quand même aller marcher ou courir avec un casque sur la tête si c’est le besoin de grand vide silencieux qui vous plaisait. Cela ne remplacera pas vos sensations, mais ce sera déjà ça. Un temps pour vous, dédié à votre décompression.

Penser à “ce qui va”, aussi

Petit astuce très simple, chaque soir avant de vous coucher, pensez à vos 3 petits bonheurs du jour. Il y a toujours cette patiente hyper sympa qui pense à vous et vous glisse un petit goûter dans la mallette de soins 😉 et ce petit bonheur de la vie dieu merci, ne changera pas de sitôt ! Il y a votre collègue qui vous a laissé un petit mémo chez une patiente. Votre série préférée qui repasse à la télé… peu importe, ce sont vos petits bonheurs à vous. Chérissez-les, tout n’est pas si morose finalement !

Et vous ? Quels sont vos moyens de décompression en ces temps difficiles ? Qu’est-ce qui vous porte et vous motive ? Partagez avec nous en commentaires. 🙂

Partager
Partager sur facebook
Partager sur twitter
-- jours
-- heures
Conférence
Restez informé
Inscrivez-vous à notre newsletter
Dans la même rubrique
Commentaires