Avant la compression

Avant la compression

J’aborderai souvent lors de ces chroniques, le thème de la compression et de ses différents aspects, tant il est évident qu’elle est l’action incontournable à la bonne prise en charge d’une plaie ou d’un oedème

Définition de la compression

Aujourd’hui je souhaite attirer votre attention sur la nécessité impérieuse de toujours veiller à ce qu’un écho Doppler ait été réalisé en préambule à la pose d’une compression veineuse, a fortiori par des bandes…

Tout d’abord si l’on veut définir correctement les termes employés, on parle de compression car l’on veut compresser avec cette notion constrictive…

La contention définit plus l’action de contenir, c’est-à-dire empêcher l’intérieur de s’extérioriser (effet plâtre).

En fait, on vient de d’aborder l’allongement cours et l’allongement long, c’est-à-dire la pression active au repos ou au mouvement. On y reviendra plus longuement lors d’une prochaine chronique ! !

Petit vécu professionnel

Je suis appelé chez un de mes patients que je vois de temps en temps pour des petits soins, type vaccin anti grippe. Le médecin veut qu’on lui pose des bandes de compression car « j’ai des ?dèmes aux jambes ». Arrivé sur place, je constate qu’en effet, les jambes sont gonflées, le monsieur est insomniaque marche beaucoup, son traitement est introuvable (pilulier hebdomadaire préparé par sa fille).

Je ne lui ai pas posé les bandes !

J’ai appelé le médecin et obtenu de lui une prescription pour un écho Doppler. Grâce aux réseaux de soins que l’on constitue au fil du temps avec les professionnels de santé de proximité, je décroche un rendez-vous rapide auprès de l’angiologue (médecin vasculaire) du coin.

Résultat : artérite oblitérante des membres inférieurs. Le monsieur avait bien mal la nuit mais ne le disait pas, laissait sa jambe en dehors du lit’ Le médecin n’a pas envisagé le risque’ Il s’agit d’une contre-indication majeure à la « compression ».

Sur ces dernières années, j’ai, à 5 reprises, refusé de poser des systèmes de compression, sans Doppler préalable. Sur les 5, 2 étaient artéritiques à des stades plus ou moins avancés.

 

Pour résumer

 1/ L’Echo- Doppler doit être un prérequis avant toute pose de bande de compression

 Fin de l’histoire, je suis rappelé chez ce monsieur deux mois plus tard, il avait été réévalué par un traitement anti coagulant, et reçu les informations des règles hygiéno-diététiques à observer.

En fait, il avait une plaie traumatique de la crête tibiale et malgré un mois de bons soins, cela empirait.

Seule la consultation d’un spécialiste dermatologue, a permis au monsieur, d’intégrer l’information contradictoire à ce qui lui avait été dit suite au Doppler, c’est-à-dire la mise en place d’une compression douce constitué par la seule bande blanche du Kit Urgo K2 ! On sait aujourd’hui que dans des cas d’ulcères mixtes, ou certains artériels à des stades pas trop avancés, on peut pratiquer une contention qui ne soit pas délétère pour le réseau artériel périphérique. Depuis l’ulcère diminue de taille’.

 

2/ L’angiologue fait un état des lieux de l’état veineux et artériel du patient

Cela sera bien utile pour surveiller son évolution au fil du temps. C’est l’examen central du dossier de soins du patient.

3/ Pour finir, le succès du bon traitement, est essentiellement dépendant de l’opérateur et de la qualité de son travail

Donc de sa formation, et son entrainement. Il faut se confronter, se remettre en cause pour avoir la certitude d’effectuer le bon geste. Les centres de consultations en vasculaire, ont des centaines de photos de bandes posées par des professionnels de santé qui pourraient servir de bêtisier’ Si le décès de quelques-uns des patients à la suite d’une nécrose post bandage, ne venait rendre beaucoup moins drôle le diaporama. Des fois, il vaut mieux ne pas faire, que mal faire… !!!!

Aujourd’hui, nous pouvons bénéficier de 14h de formations rétribuées tous les ans, et dont l’obligation est triennale, sans compter les autres formes de financement… Profitons-en !

Et bandons… mais avec modération !!!!

Partager
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Conférence
-- jours
-- heures
Conférence
Restez informé
Inscrivez-vous à notre newsletter
Dans la même rubrique
Slider
Commentaires
avatar
4 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
4 Auteurs du commentaire
christelle savarino jeanpou JULIETTE PAJOT arnaud vergoote Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
christelle savarino
Invité
christelle savarino

bonjour,j’aime beaucoup votre chronique,et l’examen vasculaire avant pose de bandes de compression est en effet indispensable…par contre un problème persiste,la nomenclature ne comporte pas cet acte seul,si il n’y pas de plaies…

jeanpou
Invité
jeanpou

au dernier moment,j’ai supprimé un petit paragraphe sur l’IPS,afin de ne pas “complexifier” les choses…je ferais une chronique dessus….et bonne remarque sur le DPC,pareil,j’ai voulu simplifier ce qui est pour moi une usine à gaz….

JULIETTE PAJOT
Invité
Juliette_CBA

Bonjour,

merci pour votre retour, nous allons modifier l’erreur 😉

Bonne journée

arnaud vergoote
Invité
arnaud vergoote

Bon article sur l’intérêt de l?examen vasculaire avant toute pose de bandes de contention ou compression.
Dommage que l’IPS ne soit pas mentionné. Petite boulette à la fin:la formation est rétribuée tous les ans en DPC mais obligatoire tous les 3 ans.