FAQ : infirmières libérales et coronavirus

foire aux questions sur le coronavirus

Vous avez surement un million de questions concernant le coronavirus et votre activité d’infirmière libérale, c’est bien normal… Il est difficile parfois de trouver des infos fiables sur Internet, alors on a décidé de mettre à disposition cette foire aux questions qui compile les questions que vous vous posez le plus, et les réponses et témoignages de vos collègues. C’est parti !

En savoir plus sur le virus du Covid-19

Quels sont les symptômes du coronavirus ?

Difficile de différencier une grippe ou un rhume du Covid-19 ? Les symptômes sont en effet similaires, à la différence que les patients atteints du coronavirus éprouvent des difficultés respiratoires (essoufflement rapide, difficultés à reprendre son souffle, sensations de gênes, difficultés à respirer normalement, sensation d’étouffement). A contrario, les douleurs musculaires et les maux de tête relèvent de la grippe classique qui continue de tourner en France.

A noter également, certaines personnes atteintes du Covid-19 ne constatent pas de symptômes, la prudence est donc de mise !

Pour mieux s’y retrouver voici un tableau récapitulatif :

 Covid-19Grippe saisonnièreRhume
FièvreOuiOuiOui
TouxOuiOuiOui
Difficultés respiratoiresOuiNonNon
Congestion nasaleDans certains casOuiOui
Mal de gorgeDans certains casOuiOui
DiarrhéeDans certains casNonNon
Maux de têteNonOuiNon
Douleurs musculairesNonOuinon

Quels sont les gestes barrières ?

Evitez les embrassades, se laver les mains, se tenir à distance des autres. Vous les connaissez certainement mais on a fait un petit rappel des gestes barrières que l’on doit tous respecter !

Combien de temps survit le virus sur les différentes surfaces ?

Selon une étude menée par le National Institute of Health, le virus pourrait survivre jusqu’à :

·        2 jours sur l’inox ou l’acier

·        3 jours sur du plastique

·        24h sur du papier, cartons…

Ces durées sont indicatives et dépendent de nombreux facteurs, comme la température, l’humidité etc…
Quant aux tissu, nous n’avons à ce stade pas de données officielles.

IDEL et vie perso pendant le virus

Comment faire garder ses enfants quand on est soignant ?

On a fait tout un article sur le sujet de la garde d’enfants pendant le coronavirus, mais pour récapituler, en tant que soignant vous pouvez amener vos enfants à l’école pour les faire garder par les enseignants si vous n’avez pas d’autres moyens. C’est la même chose pour les crèches ! Pensez bien à avoir votre carte CPS et/ou une photocopie pour prouver votre statut.

Vous pouvez aussi faire une demande de garde via ce site internet, sur lequel il faut remplir un formulaire.

Comment faire face à mes charges sociales pendant le coronavirus ?

Les organismes sociaux, tels que la Carpimko et l’URSSAF, proposent des reports de cotisations et des délais de paiement supplémentaires. C’est aussi le cas pour l’impôt sur le revenu. De quoi faire face si vos revenus sont ralentis pendant cette période. Consultez notre article sur le report des charges pour en savoir plus !

IDEL et enceinte, ou immunodéprimée doit-on poursuivre son activité ?

Aucune information officielle à l’heure où nous écrivons. Cependant, à partir du moment où vous êtes enceinte ou immunodéprimée, vous êtes de fait plus fragile et devez donc appliquer les mesures de précaution avec encore plus de sérieux. Vous pouvez également prendre contact avec votre médecin généraliste pour avoir son avis et éventuellement vous faire arrêter. Contacter votre prévoyance peut également vous renseigner quant à la prise en charge en cas d’arrêt.

A quoi ai-je le droit si je tombe malade du Covid-19 ?

Particulièrement exposée aux autres, soyons francs, il y a un risque que vous attrapiez le coronavirus. Si c’est le cas, restez chez vous, reposez-vous. Côté finance, il y aura clairement une perte de salaire dans ce cas-là. Pour garder la tête hors de l’eau, ou en tout cas essayer, des indemnités journalières ont été mises en place, sans délai de carence. Certes, ce n’est pas le Pérou, mais c’est mieux que rien ! Là aussi, nous avons un article sur ces fameuses indemnités journalières !

Que faire si je tombe malade ?

L’important est de vous isoler chez vous, vous reposer. Contactez votre médecin traitant, et ne contactez le 15 que si vous avez des difficultés respiratoires importantes.

Pour toutes les personnes à risque (voir liste dans le lien), pouvant contracter une version sévère du Covid-19, ne pouvant pas faire de télétravail, (donc vous les IDEL) vous pouvez faire une demande d’arrêt de travail de 21 jours auprès du site améli.fr sans passer par votre médecin traitant. Cet arrêt pourra être déclaré rétroactivement à la date du vendredi 13 mars.

Vous devez impérativement rester à votre domicile.

Après si vous souhaitez continuer à travailler, vous êtes libre de le faire.

Essayez de vous arranger avec vos collègues de cabinet pour assurer la continuité des soins dans la mesure du possible.

Impacts sur votre activité d’infirmière libérale

Comment s’organise la prise en charge en ville ?

Le rôle des infirmières libérales et des professionnels de santé de ville plus largement, est de continuer d’assurer les soins quotidiens, en faisant attention aux plus fragiles bien sûr. Une surveillance des patients atteints du coronavirus peut également être mise en place, les patients dont l’état de santé n’est pas inquiétant étant invités à rester à domicile.

Les infirmiers libéraux auront également un grand rôle autour de la prévention et de la sensibilisation aux gestes barrières et aux mesures de confinement. La pédagogie sera de mise pour faire comprendre aux récalcitrants l’importance de ces mesures, et rassurer les plus inquiets sur l’avenir.

N’hésitez pas à consulter ce guide de préparation à la phase épidémique pour en savoir plus.

Peut-on être mobilisé par un CHU ?

La CPAM peut vous avoir contacté pour vous demander de vous mobiliser. Ce n’est pas obligatoire, c’est sur la base du volontariat pour le moment. Mais dans l’absolu cela peut arriver si la situation l’exige.

Comment faire pour avoir des masques et du gel hydroalcoolique ?

D’après les témoignages des infirmiers libéraux, vous utilisez actuellement principalement vos réserves personnelles, qui s’épuisent à vue d’œil, ou bien arrivez à en récupérer au compte-goutte dans les pharmacies.

La CNAM encadre désormais la distribution de masques au niveau des pharmacies. En tant qu’IDEL vous avez droit à 18 masques par IDEL et par semaine.

Comment porter le masque ? Quelles sont les règles d’usage ?

On le garde 3-4 heures max. Une fois, baissé, posé ou enlevé, il est à jeter à la poubelle. Ça c’est la théorie, car étant donné que les stocks individuels sont particulièrement bas, vous êtes nombreux à nous dire que vous le gardez plus longtemps que prévu afin de ne pas tomber en rupture de masques.

Le masque doit couvrir le nez, la bouche et les pliures positionnées vers le bas, pour éviter que les microbes stagnent. On évite bien sûr de le toucher et on le saisit par les côtés si besoin.

Attention, le travail sous masque peut être fatiguant car on a moins d’oxygène, on fait donc attention à se ménager.

Masques et gels hydroalcooliques maisons : fausse bonne idée ?

On a beaucoup vu passer sur les réseaux sociaux des patrons pour des masques en tissu ou des recettes de gels hydroalcooliques. Attention, on ne connaît pas l’efficacité ni la dangerosité de l’utilisation de ces produits maisons. Dans l’idéal, on reste donc sur des masques jetables « officiels » et pour se laver les mains, on utilise du savon quand c’est possible. C’est quelque chose que vous faites déjà au quotidien 😉

Comment adapter ma tournée au coronavirus ?

Pas de recettes miracles, mais certains IDEL nous ont indiqué faire beaucoup de prévention auprès des plus fragiles, de la formation pour bien se laver les mains aussi et éviter le contact avec les enfants notamment.

Si vous le pouvez, certains conseillent d’annuler les rendez-vous qui peuvent l’être. Par exemple pour la prise de médicaments, un coup de téléphone peut parfois suffire. Ou encore l’injection d’insuline peut parfois être pratiquée par la famille. Là encore, ce n’est pas une règle, vous restez maître de votre tournée et c’est à vous d’évaluer les risques !

Côté pratique, on ne peut que vous conseiller de faire des photocopies de votre carte CPS, en cas de contrôle policier sur la route dans les prochains jours !

Comment s’organiser dans mon cabinet infirmier ?

Dans la mesure du possible, gardez un rythme qui vous permet d’alterner avec vos collègues de façon à conserver des jours de repos. Cette épidémie, c’est un marathon et il faut pouvoir tenir le rythme sur la longueur.

Il est également demandé de limiter les rendez-vous au cabinet pour éviter la promiscuité en salle d’attente entre patients. Astuce, certains médecins font attendre leur patient dans la voiture pour éviter la salle d’attente.

On se répartit avec les collègues les stocks de masques et de SHA, en fonction de qui travaille, qui en a besoin. Le bon sens doit primer !

Mon remplaçant peut-il travailler en même temps que moi pendant cette période ?

Oui, de manière dérogatoire et transitoire, les infirmiers peuvent exercer en parallèle de leur remplaçants afin de maximiser les ressources disponibles.

Quels conseils pendant ma tournée ?

Si vous avez du stock, n’hésitez pas à faire mettre un masque aux gens fragiles. Evitez bien sûr de toucher les rambardes d’escalier, les boutons d’ascenseur, les poignées de porte, ou le faire avec le coude. Le plus pratique reste encore de demander à vos patients de fermer la porte en partant !

On évite de rester trop longtemps chez les patients (le petit café ce sera pour un autre jour) et on fait de la prévention et de la sensibilisation notamment au lavage de mains.

Quels conseils au retour de ma tournée ?

On vous conseille aussi en rentrant de tournée de changer de vêtement et laisser vos vêtements minimum 4 heures sans les toucher (si vous ne pouvez pas les laver entre 2 tournées par exemple). C’est le temps qu’il faut pour que le virus disparaisse des surfaces tissus et éviter qu’il se propage chez vous.

Une petite douche, en plus de vous faire du bien, vous permettra de ressortir comme neuf !

Une fois votre tournée finie, le confinement s’applique aussi à vous, on limite donc ses sorties au strict nécessaire, mais ce n’est pas à vous qu’on va l’apprendre 😉.

Comment mes patients peuvent-ils continuer à avoir leur traitement sans ordonnance ?

Grâce à l’arrêté du 14 mars, les patients pourront récupérer exceptionnellement leurs médicaments liés à des traitements chroniques même sans ordonnance renouvelées à la pharmacie et cela jusqu’au 31 mai (hypnotique et stupéfiants exclus).

Un nouveau décret pour les médicaments stupéfiants et hypnotiques stipule qu’il est possible de faire le renouvellement des hypnotiques pour une prescription faite dans les trois derniers mois. Le texte inclue également les TSO (buprenorphine et méthadone) dont le renouvellement est possible 28 jours avec appel au médecin.

Quels actes et quelles cotations liés à la prise en charge de patients atteints par le Covid-19 ?

Sous prescription médicale uniquement (ordonnance papier ou numérique), et pour les patients :

  • Patient ayant été hospitalisé car ayant présenté une forme symptomatique avec signes de gravité et dont les critères cliniques d’évolution permettent un retour au domicile ;
  • Patient ayant été vu par un médecin de ville car ayant présenté une forme symptomatique sans signes de gravité nécessitant un repos et une surveillance de quelques critères cliniques au domicile par un tiers en complément du suivi médical.

Les infirmiers libéraux pourront assurer deux types de suivi, dont l’objectif est de détecter des signes de gravité nécessitant une prise en charge par le SAMU :

  • Le télésuivi : de préférence par vidéotransmission, si les conditions et l’état du patient le permettent. cet acte sera coté AMI3,2.
  • La surveillance à domicile : sur une tournée dédiée à des patients atteints du Covid-19, ou par un professionnel de santé dédié aux patients atteints du Covid-19. la fréquence de visite est à déterminer avec le médecin. Cet acte est coté AMI5,8, cumulable à taux plein avec d’autres soins.

Les actes de téléconsultations sont par ailleurs toujours valables pendant cette période, avec les cotations habituelles.

Quels sont les signes de gravité à surveiller ?

En cas de détection de ces signes, une hospitalisation est à envisager :

  • Polypnée (fréquence respiratoire > 22/min) ;
  • Oxymétrie de pouls (Sp02) < 90% en air ambiant ;
  • Pression artérielle systolique < 90 mmHg ;
  • Altération de la conscience, confusion, somnolence ;
  • Déshydratation ;
  • Altération de l’état général brutal chez le sujet âgé.

Vous avez d’autres questions ? Posez-les-nous en commentaires ou sur le groupe Facebook dédié « IDEL face au Covid », nous ferons de notre mieux pour y répondre !

Partager
Partager sur facebook
Partager sur twitter
-- jours
-- heures
Conférence
Restez informé
Inscrivez-vous à notre newsletter
Dans la même rubrique
Slider
Commentaires
avatar
  S’abonner  
Notifier de