Rechercher

Être infirmière à l’hôpital VS en libéral : quelles différences et que choisir ?

Être infirmière à l'hôpital ou en libéral, quelles sont les différences ?

En 2023,  19% des infirmiers en France avaient un statut d’infirmier libéral selon l’Ordre National des Infirmiers. Plus précisément, sur 632 644 infirmiers, 121 152 d’infirmiers étaient libéraux ou mixtes. Sans grande surprise, cela signifie donc qu’une grande majorité d’IDE est salarié hospitalier. Mais quitter l’hôpital pour s’installer en libéral, c’est le choix que font de nombreuses IDE durant leur carrière ! Les différences entre ces deux modes d’exercice sont notables, nous vous les listons dans cet article !

QUIZ : quelle infirmière êtes-vous réellement ? 👩‍⚕️👨‍⚕️

Vous êtes infirmière et vous vous demandez quelle est votre personnalité professionnelle ? Vous envisagez de franchir le pas de l’installation en libéral, mais vous vous demandez si l’entrepreneuriat est bien fait pour vous ? Découvrez notre quiz qui répondra à toutes vos questions :

Être infirmière à l’hôpital VS en libéral : les différences

Être infirmière à l’hôpital VS en libéral, que choisir ?

Le salaire / la rémunération

Rentrons dans le vif du sujet avec pour commencer le salaire, un sujet tabou que l’on évite parfois d’aborder ! Évidemment, c’est un critère déterminant et selon le mode d’exercice que vous choisissez, la différence est notable.

À hôpital

Les IDE à l’hôpital ont des revenus fixes chaque mois. Ce salaire minimal est garanti, quoi qu’il advienne, sur une base de 35 heures travaillées par semaine. 

Depuis le 1ᵉʳ octobre 2021, les salaires des infirmiers au contact des patients ont été revalorisés à l’hôpital public. Un infirmier en soins généraux en début de carrière percevra 2 026 € net mensuel, soit 290 € net de plus par mois et un infirmier en soins généraux après cinq ans de carrière percevra 2 207 € net par mois, soit 335 € net de plus par mois. Si cette revalorisation des salaires est un petit pas pour la profession, cette rémunération reste peu valorisante sachant que les horaires des IDE sont rarement respectés et que les jours de repos sont parfois finalement des jours travaillés.

En libéral

A contrario, les IDEL ont des revenus variables qui ne peuvent être prédictibles, surtout durant les premières années. Cette part d’incertitude est toujours présente durant toute leur carrière, car la rémunération dépendra toujours du nombre de patients soignés, des types de soin prodigués et de la télétransmission. En libéral, les infirmières perçoivent des honoraires, c’est-à-dire des sommes versées par les Caisses de l’Assurance Maladie et les mutuelles en échange de ces soins. Pour se faire payer, elles doivent donc télétransmettre leurs Feuilles de Soins Electroniques (FSE).

 

La rémunération annuelle brute d’une IDEL est estimé à 48 151 auquel il faut enlever bien entendu les charges et les impôts. Sa rémunération nette est donc en moyenne de 4 012.58 € par mois contre 2207 € pour une infirmière à l’hôpital.

L’organisation

À l’hôpital

Les IDE à l’hôpital ont des horaires chronométrés, des rotations entre la nuit et le jour et des réunions de service. Elles doivent respecter des plannings imposés par les cadres de santé et qui vont donner la cadence de leur journée.

En libéral

Les IDEL quant à elles peuvent s’organiser plus librement. Elles peuvent alterner une semaine très intense avec une semaine de repos. Une IDEL est sa propre patronne, c’est elle qui prend les décisions et qui s’organise pour effectuer ses tournées au mieux en respectant ses impératifs. Si vous êtes donc de nature plutôt indépendante, c’est ce mode d’exercice qui vous correspondra !

Les démarches administratives

À l’hôpital

La part du travail administratif des IDE à l’hôpital s’est intensifié ces dernières années. Au cœur de l’activité de soins, on retrouve la tenue et la gestion du « dossier de soins » des patients. Les infirmières sont engagées dans leur travail des soins, elles doivent aujourd’hui l’organiser, le planifier, le conduire et en rendre compte. Cependant, cette part reste plus faible par rapport à la charge administrative des IDEL.

En libéral

S’installer en libéral, c’est devenir chef.fe d’entreprise ! Qui dit chef.ffe d’entreprise, dit gestion de son activité, de sa comptabilité et de ses finances et quand on débute, ces responsabilités peuvent sembler effrayantes. Heureusement, de nombreuses solutions pensées et conçues spécifiquement pour les IDEL sont là pour faciliter la gestion de votre cabinet, vous accompagner et optimiser votre activité.

La hiérarchie

À l’hôpital

On vous le disait un peu plus haut, à l’hôpital les IDE doivent respecter les demandes imposées par leur cadre de santé. Elles ne sont pas libres et cette hiérarchie peut parfois s’avérer pesante au quotidien.

En libéral

Les IDEL ont plus de libertés, c’est d’ailleurs LE critère qui fait toute la différence. Elles sont 100% autonomes et n’ont d’ordres à recevoir de personne. Cela implique forcément des responsabilités importantes. La maturité est donc de mise !

La relation avec les patients

À l’hôpital

Les infirmières qui travaillent à l’hôpital côtoient leur patient peu de temps. Le suivi s’arrête lorsque le patient rentre chez lui et il est plus rare de rencontrer véritablement la famille.

En libéral

Les IDEL ont une relation soignant-soigné différente, car elles interviennent au sein même du domicile du patient. Les liens sont donc plus personnels, les IDEL sont amenées à pénétrer leur intimité et à rencontre leur famille. Une véritable proximité va donc se créer. Les IDEL soignent certains patients pendant des années, elles voient certains patients tous les jours, voire plusieurs fois par jour (les patients diabétiques par exemple). Avec ces patients atteints de maladies chroniques, les liens créés peuvent donc être très fort. 

Aussi, la perception du soignant peut s’avérer différente en libéral, car les IDEL portent leurs habits du quotidien, on ne les identifie pas avec un uniforme. Certains patients se sentent donc plus à l’aise ou inversement.

Les congés

À l’hôpital

Les IDE à l’hôpital ont le droit à 5 semaines de congés payés par an et des RTT si elles travaillent plus de 35 heures. Pour poser ces congés, elles doivent faire une demande auprès de leur cadre de santé, qui pourra être refusée ou acceptée selon l’activité de l’hôpital. Des congés peuvent être aussi imposés par le supérieur.

En libéral

Les IDEL sont libres de poser leurs congés quand elles le souhaitent, cependant il ne s’agira pas de congés payés, elles ne seront donc pas rémunérées pendant toute cette période. Pour assurer la continuité des soins prodigués aux patients, les IDEL doivent s’organiser avec leur cabinet : faire un roulement, faire appel à une remplaçante

Les collègues

À l’hôpital

Les IDE à l’hôpital forment des équipes ! Chaque service est composé d’une équipe d’infirmières qui se côtoient au quotidien. Parfois, l’ambiance est excellente et le quotidien entre collègues est agréable, et puis parfois, il arrive qu’une mauvaise ambiance pousse les IDE à fuir l’hôpital.

En libéral

L’activité en libéral est différente, car les IDEL choisissent leurs collègues avec qui elles souhaitent collaborer au sein d’un cabinet. Lors des tournées de soins à domicile, les IDEL se retrouvent face à elles-mêmes et peuvent ressentir de la solitude. En libéral, il faut être prête à exercer son activité en solitaire. 

Les formations

À l’hôpital

Pour les IDE à l’hôpital, il est malheureusement très difficile de bénéficier de formations.

En libéral

Les IDEL quant à elles ont la chance de bénéficier d’une formation continue ! Elles disposent de 14h de formation chaque année prise en charge et indemnisées par l’Agence Nationale du DPC (16,88 euros pour chaque heure de formation).

En conclusion, les deux modes d’exercice sont différents sur bien des aspects ! Écoutez vos envies, c’est votre personnalité qui va réellement déterminer le mode d’exercice qui vous conviendra le mieux ! Et vous, quelles différences entre IDE et IDEL vous viennent à l’esprit ? Partagez-nous votre expérience en commentaire.

Vous êtes IDE et vous envisagez de franchir le pas de l’installation en libéral ? Découvrez notre guide entièrement gratuit :

Combien d’IDEL souhaitent retourner dans le public ?

Dans un récent sondage, nous vous avons donné la parole sur le métier d’IDEL. Plus de 1500 personnes nous ont fait partager leurs visions du métier, avec ses bons, mais aussi ses mauvais côtés ! Mais les IDEL ont quasiment été toutes et tous unanimes sur une seule question’ Désirent-ils retourner dans le public ?

Pour la plupart d’entre vous, le métier d’IDEL est plus qu’un simple métier, c’est un style de vie ! Et pour cause, être IDEL n’est pas de tout repos ! L’installation en libéral est souvent source d’appréhension, et d’hésitation : le libéral est-il fait pour moi ? Vais-je arriver à me constituer ma patientèle ? Quelles sont les démarches à effectuer ? Ces appréhensions sont tout à fait légitimes, et ce blog est fait pour y remédier. Mais ce qui doit conforter les futur(e)s installé(e)s est l’avis des IDEL déjà en poste sur leur désir de revenir sur leur décision du libéral. Malgré les craintes et les doutes, une fois que le pas de l’installation est franchi, peu sont celles et ceux qui envisagent de revenir en arrière !

96% des IDEL installé(e)s n’ont aucunement l’intention de retourner à leur poste d’origine !

96% des IDEL interrogé(e)s restent donc convaincu(e)s que leur installation était la bonne décision. Et vous, faites-vous partie des 96% ? Pour celles et ceux qui envisagent l’installation, ce chiffre vous conforte-t-il dans votre projet ?

-- jours
-- heures
Conférence
Restez informé
Inscrivez-vous à notre newsletter
Dans la même rubrique
Commentaires
S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
plus récent
plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires