Le suivi des plaies et pansements par les pharmaciens en question

Suivi des plaies et pansements par les pharmaciens

Le 23 novembre s’est tenu le colloque du Comité pour la Valorisation de l’Acte Officinal (CVAO) portant notamment autour du suivi des plaies en pharmacie. Quel impact pour la profession d’IDEL ?

Le rôle des pharmacies amené à s’élargir ?

De nombreux syndicats et infirmiers libéraux s’étaient insurgés lors du lancement de la campagne de vaccination contre le grippe, de la possibilité pour certaines pharmacies dans des régions tests, de pratiquer l’injection du vaccin. En cause dans la polémique, le fait que cet acte dépend du rôle de l’infirmier, que les officines ne sont pas forcément adaptées à la pratique de cet acte, mais également le coût de l’injection qui diffère grandement entre IDEL et pharmaciens.

C’est donc dans un climat déjà tendu que l’idée de suivi des plaies et pansements par les pharmacies, soulevée par le CVAO est arrivée. En effet, cet organisme qui représente les pharmaciens, pose la question d’une spécialisation dans le domaine des plaies et cicatrisations. Les pharmacies pourraient être amenées à suivre l’évolution des pansements et plaies chroniques pour assurer, selon eux, une meilleure fidélisation des patients, tout en se positionnant comme un interlocuteur des infirmiers libéraux. L’idée étant de développer les compétences des pharmaciens via cette nouvelle prise en charge.

Toutefois, des enjeux économiques pour les pharmacies se situent derrière cette annonce, puisque selon le CVAO, « l’incidence des ulcérations de la peau, estimée à 2 millions de cas, peut représenter potentiellement pour une officine moyenne un pourcentage entre 6 et 13% de son chiffre d’affaires, et cela sans compter la vente de produits résultant du conseil associé ».

La réaction des syndicats infirmiers

Les 4 principaux syndicats infirmiers, SNIIL, FNI, Convergence infirmière et l’Onsil, se sont immédiatement opposés à cette proposition. Ils dénoncent une dérive du rôle du pharmacien, sensé s’occuper avant tout de la bonne délivrance des médicaments.

Ils rappellent par ailleurs que le suivi des plaies et pansement relève du savoir-faire de l’infirmier libéral, pour lequel ce dernier a suivi un enseignement spécifique, voire un Diplôme Université au cours de sa carrière, ou une formation DPC. Il n’est donc pas à confier à la légère.

Les syndicats appellent à faire front face à cette proposition pour asseoir le rôle des IDEL et ainsi faire comprendre les enjeux de cette prise en charge.

Et vous, que pensez-vous de cette idée ? êtes-vous inquiet pour votre profession ?

Partager
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Conférence
-- jours
-- heures
Conférence
Restez informé
Inscrivez-vous à notre newsletter
Dans la même rubrique
Slider
Commentaires
avatar
4 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
3 Auteurs du commentaire
Patrick48 tine Catherine Bousquet Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Patrick48
Invité
Patrick48

Les pharmaciens feront aussi les suivis de TPN et se leveront la nuit s il se passe un probleme de fuite.
Treves de plaisanteries on ne peut etre juge et partie:avec la prise en charge des plaies ou des soins de stomies les depenses de la secu vont explosées

tine
Invité
tine

aberrant!!mais ou vont t’ils s?arrêter ?
la formation ça serra à quoi ??

Catherine Bousquet
Invité
Catherine Bousquet

Que les Pharmaciens s’occupent déjà de faire correctement leur travail.Qu’ils délivrent nos prescriptions de pansement mûrement réfléchies au lieu de faire passer leur intérêts financiers en priorité.Ils ne connaissent en rien les différentes classes de pansements et se permettent de délivrer n’importe quoi avec un aplont sans faille faisant passer l’IDE pour une imbécile auprès du patient…

Catherine Bousquet
Invité
Catherine Bousquet

A quoi ça sert de se former?
A quoi sert notre diplôme ?Je suis titulaire d’un DU plaies et cicatrisation en+de mon DE et d’autres DU.Quelle place ont les IDE dans cette société où toutes professions qui touchent à « la personne » revendiquent nos soins?Les auxiliaires de vie,les aides soignantes,les pharmaciens,les pré leveuses,les IDE coordinatrices,les prestataires…Nous sommes tellement peu payées que tout le monde oublie notre rôle!Que vont devenir les patients?