Initiative EQUILIBRES : les infirmiers libéraux pour ou contre ?

L'initiative EQUILIBRES est un programme d'expérimentation pour infirmiers libéraux qui change le mode de rémunération des infirmiers libéraux

Depuis son annonce par le gouvernement, le programme d’expérimentation EQUILIBRES fait couler beaucoup d’encre sur les réseaux sociaux et a suscité une véritable levée de bouclier dans la profession infirmière. Mais quelle est vraiment cette expérimentation d’un nouveau mode de fonctionnement pour les infirmiers libéraux ?

Qu’est-ce que l’initiative EQUILIBRES ?

EQUILIBRES, c’est tout d’abord un acronyme pour EQUipes d’Infirmières LIbres REsponsables et Solidaires. Derrière ce sigle, une expérimentation, actuellement en cours en Occitanie, dans les Hauts-de-France, et en Île-de-France, qui pourrait bien changer la façon dont les infirmiers libéraux exercent leur profession. Objectif affiché du programme : une amélioration de la prise en charge à domicile.

Pour cela, le temps passé auprès du patient est remis au centre de la prise en charge et adapté en fonction des besoins du patient. Mais c’est surtout la rémunération qui a fait parler d’elle ! Elle ne serait plus basée sur les actes infirmiers réalisés, mais sur le temps passé auprès du patient. Un forfait global de 53,94€ brut de l’heure serait mis en place, payé par la CNAM directement. A tout moment l’infirmier libéral peut sortir du programme, avec un préavis d’un mois.

Au-delà de la rémunération, on attend surtout de la part de l’infirmier libéral, une « évaluation standardisée et régulière » du patient. grâce à l’utilisation du référentiel OMAHA, l’infirmier pourra justifier des actions à mettre en place pour le bien-être du patient après avoir fait un bilan complet du patient. L’idée est aussi de favoriser la coordination entre les intervenants, les infirmiers travaillant en petite équipe, et pouvant être rémunérés pour du temps passé en réunion de coordination.

Les racines du programme de soins à domicile EQUILIBRES

Mais d’où vient ce programme ? Le programme EQUILIBRES est inspiré du modèle développé aux Pays-Bas par l’entreprise Buurtzorg, et qui a profondément changé le paysage des soins à domicile. On estime que Buurtzorg représente aujourd’hui environ 15% à 20% des soins à domicile dans ce pays. Un véritable succès : selon les études, les patients et leurs proches sont plus satisfaits, les dépenses mieux maîtrisées et les professionnels de santé plus épanouis dans leur rôle. Ce modèle peut-il toutefois être appliqué à notre société française ?

Syndicats et infirmiers libéraux contre l’initiative EQUILIBRES

L’annonce du lancement de ce programme n’a pas fait que des heureux. Au premier rang des contestations, les syndicats infirmiers de la FNI et du SNIIL , inquiets pour l’avenir de la profession, qui dénoncent ce programme dans leurs communiqués respectifs.

Ce qui est critiqué entre autres, le retour du paiement en fonction du temps passé auprès du patient, alors même que le BSI supposé libérer les infirmiers libéraux des notions de temps vient d’être adopté, et qui pour certains peut s’apparenter à du salariat.

Sur Facebook, les infirmières libérales s’insurgent contre la non prise en compte des déplacements et du temps qu’ils impliquent, le manque de tarif pour les jours fériés ou les horaires de nuit. « Pourquoi n’aurions-nous pas doit à une rémunération supplémentaire le dimanche et les jours fériés ? » se demande Michelle.

Des infirmiers libéraux ouverts à l’initiative EQUILIBRES

Interview avec Dominique Jakovenko, infirmier libéral et participant à EQUILIBRES

L’initiative EQUILIBRES est portée par une association Soignons Humains, composée d’infirmiers, d’infirmiers libéraux mais aussi d’autres profils. Parmi les 200 infirmiers libéraux qui expérimentent le programme, il y a Dominique Jakovenko, infirmier libéral depuis plus de 20 ans à Ales et président de l’association AILBA (Association des Infirmiers Libéraux du Bassin Alésien).

Quand on discute avec lui, on comprend que pour lui, l’initiative EQULIBRES est à la base de la valorisation du rôle propre de l’infirmier. « Ce qui est novateur dans ce programme, c’est que l’on va pouvoir répondre aux besoins du patient : en soins, en conseil, en accompagnement et tout cela en autonomie. »

Il met aussi en avant la reconnaissance de la coordination, qui est au cœur du métier: « Grâce à ce référentiel on va organiser une coordination avec le médecin, les services sociaux, les tutelles, et tout cela va être rémunéré, alors qu’aujourd’hui ce temps passé n’est ni reconnu ni rémunéré. » A titre d’exemple, une prise de sang difficile sur un patient traité pour un cancer peut-être facturée 22,5€ au lieu 8,58€ actuellement. Dominique Jakovenko nous explique qu’avec le programme EQUILIBRES, une séance de soins infirmier , avec plus de coordination, d’écoute, d’éducation et de travail sur les besoins du patient pourra être facturé 63€ au lieu de 28€ via le forfait BSI. 

Pour lui, ce programme est dans la continuité de l’Education Thérapeutique, sujet qui lui tient particulièrement à cœur et pour lequel il œuvre depuis de nombreuses années afin qu’elle soit reconnue. « Pour moi c’est une occasion en or de faire de la prévention en consacrant du temps au patient ».

Quand on le confronte sur les réseaux sociaux, aux critiques des syndicats des risques de dérives de salariat, la question pour lui ne se pose pas. « Je reste un infirmier libéral indépendant, je suis mon propre patron, je travaille au rythme que je souhaite, toujours avec ma propre patientèle. Je pense qu’il y a beaucoup de peur liée à la nouveauté, mais il faut rappeler que ce programme est sur la base du volontariat et qu’on peut en sortir à tout moment. »

Convergence Infirmière alerte sur les fake news autour d’EQUILIBRES

De la même manière le syndicat infirmier Convergence Infirmière, qui soutient le programme, a appelé dans son communiqué à faire attention aux « fake news » liées à ce programme, notamment sur la question du salariat, et à rester ouverts à l’innovation, et au dialogue sans perdre de vue les intérêts des infirmières libérales.

L’expérimentation courra jusqu’au 1 er juillet 2022, un laps de temps de 3 ans qui permettra d’analyser les impacts de ce mode de fonctionnement à la fois sur les patients et les infirmiers libéraux.

Et vous, qu’en pensez-vous ?  Avez-vous un avis sur ce programme ?

Partager
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Conférence
-- jours
-- heures
Conférence
Restez informé
Inscrivez-vous à notre newsletter
Dans la même rubrique
Slider
Commentaires
avatar
  S’abonner  
Notifier de