L’AMI 5,8 : le nouvel acte infirmier de la NGAP

L'AMI 5.8 le nouvel acte infirmier de la NGAP

Depuis le mois de juin 2017, vous pouvez désormais facturer un nouvel acte infirmier. Une avancée et une reconnaissance pour la profession d’IDEL.

Un nouvel acte inclus à la NGAP

Annoncé depuis février 2017 par l’Assurance Maladie, ce nouvel acte est effectif depuis le 27 juin 2017. Il concerne les séances cliniques à domicile et de prévention suite à une hospitalisation pour décompensation d’une insuffisance cardiaque ou exacerbation d’une Broncho-Pneumopathie Chronique Obstructive (BPCO). A noter qu’il est applicable dans le cadre du programme PRADO.

Nouvelle rémunération de l’acte

Cet acte, jusqu’à présent facturé en AMI4, est désormais facturé 18,27, soit 5,8 AMI dans la nomenclature. C’est l’acte qui est à ce jour au tarif le plus élevé de la NGAP.

Avec My Agathe e.motion, vous pouvez très facilement saisir ce nouvel acte grâce à la nomenclature complète accessible directement depuis votre logiciel !

En quoi consiste ce nouvel acte ?

Cette séance réalisée par l’infirmier libéral, sous prescription médicale, regroupe l’éducation du patient ou de son entourage, la vérification de l’observance, le contrôle des constantes et le dépistage des complications.

Vous devrez également tenir une fiche de surveillance et assurer les transmissions avec le médecin traitant sous 48 heures et par voie électronique sécurisée.

Ce suivi est programmé pour au moins 2 mois, avec une visite hebdomadaire et une première visite sous 7 jours après la sortie du patient de l’hôpital.

A noter que le nombre maximum de séances est de 15 et les majorations de nuit ou de jours fériés ne peuvent être cumulés à cet acte.

Les réactions de la communauté infirmière

Cet ajout à la NGAP a été particulièrement salué par la FNI, l’un des syndicats représentatifs de la profession. Cette preuve de reconnaissance du travail des IDEL est un pas en avant dans la valorisation du métier, et notamment dans le cadre de suivi et surveillance de patients suite à une hospitalisation.

Par ailleurs, selon la FNI, le taux d’hospitalisation pour exacerbation de BPCO est en augmentation chez les femmes de moins de 65 ans. Il était donc important de mettre en place une rémunération juste pour un acte de plus en plus pratiqué.

Et vous, que pensez-vous de l’arrivée de ce nouvel acte dans la nomenclature ? Est-ce un acte que vous êtes amené(e) à pratiquer souvent dans votre quotidien libéral ?

Partager
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Conférence
-- jours
-- heures
Conférence
Restez informé
Inscrivez-vous à notre newsletter
Dans la même rubrique
Slider
Commentaires
avatar
2 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
2 Auteurs du commentaire
vero59 virginie aubry Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
vero59
Invité
vero59

attention,des organismes comme le RSI ne reconnaissent pas le PRADO et par conséquence,ne valident pas nos soins.Nous en avons fait la mauvaise expérience avec un de nos patients.

virginie aubry
Invité
virginie aubry

Merci au FNI pour toutes ces batailles menées pour la reconnaissance de notre travail…Tant de choses à revoir concernant les soins que l’on pratique au quotidien sans pouvoir les facturer car non reconnue par la CPAM ou encore des actes que l’on réalise et que l’on ne peut cumuler.