La charge mentale des IDEL : comment la réduire ?

Qu’est-ce que la charge mentale Comment la réduire Quand dire stop

Les infirmières libérales sont soumises à une charge mentale décuplée face à leur quotidien et leurs responsabilités. Elles sont leur propre patron et leur charge mentale professionnelle et personnelle atteint souvent des summums. Dans cet article, nous revenons sur les causes de la charge mentale, et nous vous partageons nos conseils pour la diminuer. 

La charge mentale professionnelle, c'est quoi ?

La charge mentale professionnelle, c’est l’ensemble des opérations mentales effectuées par un travailleur lors de son activité professionnelle : efforts de concentration, de compréhension, d’adaptation, d’attention et de minutie, accomplissements de tâches de traitement d’informations. C’est aussi les pressions psychologiques liées aux exigences de rapidité, délai, qualité d’exécution, gestion des relations avec les collègues et les tiers… Tout cela génèrent une contrainte psychique de charge mentale : celle-ci est cumulative tout au long de la vie professionnelle.

La charge mentale professionnelle : les diverses causes

La charge mentale d’une infirmière libérale peut être due à diverses causes :

  • Les horaires : les IDEL ont une très forte amplitude horaire (souvent plus de 12h) et elles débutent leur activité quotidienne très tôt le matin vers 6h et la termine souvent très tard vers 20h-21h ;
  • L’enchaînement des jours : Les 7, 10, 15 jours d’affilée créent une importante fatigue et une charge mentale conséquente.
  • Travailler les jours fériés, les week-ends, une partie de la nuit : ces facteurs sont considérés dans le monde du travail comme une charge mentale supplémentaire et bénéficient d’ailleurs d’une tarification plus importante.
  • Travail dans des conditions parfois risquées : avec la crise du COVID par exemple, les IDEL étaient en première ligne dès le début sans équipements ni informations sur le virus.
  • La maladie : être en contact avec des personnes malades qui ont un état de bien-être non optimal peut créer à de nombreuses occasions un stress latent, d’autant que les contacts sont répétés et nombreux. 
  • La mort : Le contact récurrent avec la mort créé un stress parfois inconscient non négligeable. 
  • La détresse mentale : la prise en charge de patients avec des difficultés psychologiques / psychiatriques est une source de fatigue mentale pour les IDEL.
  • La détresse sociale : les soins réalisés dans des endroits insalubres, exigües, parfois dans des odeurs nauséabondes, rend le soin difficile et peu agréable.
  • Les responsabilités du métier : les IDEL ont parfois littéralement la vie de leurs patients entre les mains.
  • La gestion des familles : leurs attentes, leurs angoisses.
  • La gestion du planning : elle incombe à l’hôpital, au cadre de santé et ne relève ni de
    des compétences de l’infirmière, ni de ses responsabilités. Ce n’est pas le cas en libéral où l’IDEL gère le planning avec les difficultés inhérentes à cette tâche parfois délicate et source de conflits.
  • La gestion du cabinet au quotidien : choisir l’ordre de passage en fonction des soins, de la localisation, des demandes patients, des impératifs pro ou perso, avec l’adaptation et les changements quotidiens sont parfois difficiles à conjuguer.
  • La gestion du secrétariat : les IDEL ont de nombreuses sollicitations téléphoniques avec la prise des rendez-vous patients, les demandes des patients et/ou de leur famille, les appels des hôpitaux, des médecins, les démarches publicitaires, les appels des collègues pour les transmissions… 
  • Trop peu de pauses : les IDEL prennent très peu de pauses durant leur exercice.
  • Être responsable de son entreprise et travailler tout le temps : même lorsque l’IDEL n’est pas au contact de ses patients, elle travaille pour de nombreuses tâches annexes : la gestion des stocks de matériels à usage unique, la gestion du cabinet, la formation continue, la comptabilité, la gestion de ses comptes professionnels, les rendez-vous avec d’autres acteurs ayant une importance avec son métier (laboratoires, HAD, SSIAD, prestataires de service…).
  • La comptabilité : facteur de charge mentale importante du au fait de manque de formation et de connaissance sur ce sujet qui touche pourtant les finances de l’IDEL.
  • Le travail en équipe : quasi obligatoire dans la profession qui, lorsque cela ne se passe pas bien, peut engendrer des situations de stress maximal engagé sur du long terme. Les IDEL étant liées par contrats.
  • Travailler en majorité en voiture avec les inconvénients qui vont avec : fatigue, gestes répétitifs, difficultés de circulation, panne/crevaison, conditions climatiques difficiles.
  • Travailler sous toutes les conditions climatiques : grandes chaleurs, froids intenses, pluies abondantes…

Comment diminuer la charge mentale ? Nos conseils

Bien s'entourer

  • Travailler en équipe ;
  • Faire des réunions mensuelles au minimum avec toute l’équipe pour parler de ce qui ne va pas, de ce qui pourrait être amélioré, parler des difficultés avec les patients, avec les collègues ;
  • Avoir un canal de discussion sécurisé entre collègues pour partager les petits tracas du quotidien, les anecdotes, poser des questions métiers ou raconter des blagues ;
  • Travailler avec des étudiants stagiaires. Même si c’est une charge de travail supplémentaire pour leur suivi, cela permet de travailler en équipe, de prendre du recul sur les soins, la tournée et cela vous force à prendre des pauses,…

Être soutenu

  • Être accompagné un maximum par des professionnels qualifiés pour les tâches annexes des IDEL : avocats, juristes, comptables, éventuellement secrétaires ;
  • Se syndiquer pour être informé et soutenu par la profession ;
  • Faire des formations : permet de prendre du recul sur sa pratique, rencontrer des collègues qui partagent le même quotidien, se rassurer sur ses connaissances ou en apprendre de nouvelles : nomenclature, plaies et cicatrisation, diabète, gestion du cabinet ;
  • Avoir une solution qui inclut un expert comptable.

Se mettre des limites

  • Se mettre des limites sur le nombre de patients par jours et essayer de les respecter ;
  • Se mettre des limites sur les horaires de travail notamment début et fin de journée et essayer de les respecter ;
  • Savoir poser des limites avec les patients : jusqu’où accepte-t-on de rendre service (aller chercher les médicaments à la pharmacie, poster un courrier, donner à manger au chien…) ?

Optimiser son temps

  • Prendre un temps dédié pour répondre aux appels téléphoniques ;
  • Permettre aux personnes appelantes de laisser un message ;
  • Optimiser son planning en essayant de ne pas travailler trop de jours d’affilée et ne pas travailler tous les week-end et les jours fériés ;
  • Disposer d’un outil numérique avec dossiers de soins, adresses patients, messagerie pour avoir un maximum d’informations sur la tournée, les patients,…

Durant la tournée

  • Avoir un véhicule avec lequel on prend plaisir à se déplacer ;
  • Écouter de la musique, des podcasts (Derm’talk) entre chaque patient, et même avec les patients chez eux. Pour ceux dont la condition psychique est fragile cela peut avoir
    des effets surprenants ;
  • Évitez l’information en continu qui est répétitive et souvent porteuse de nouvelles peu réjouissantes ;
  • Avoir un cabinet bien aménagé dans lequel on se sent bien pour essayer de faire de plus en plus de soins au cabinet. Cela permet moins de déplacements et un plus grand confort de travail.

Prendre soin de soi

  • Se ménager : faire des pauses dans la journée ;
  • Faire du sport ou une activité physique dès qu’on peut (yoga fortement conseillé) ;
  • Faire un vrai repas le midi et pas un simple sandwich dans la voiture. Prendre le temps (si l’on peut) et couper le téléphone ;
  • Faire une sieste ou au moins fermer les yeux 10 minutes pour déconnecter.

Réduire votre charge mentale avec agathe YOU

Véritable assistant personnel, l’application agathe YOU pense pour vous aux actions importantes de votre journée pour vous guider et ne rien oublier. 

 

Avec agathe YOU et son lecteur de carte Vitale TED, vous pourrez :

  • facturer et télétransmettre depuis votre smartphone : vous n’aurez plus besoin de charger et décharger vos factures à la maison  ;
  • faire les actes isolés en mobilité ;
  • gérer facilement vos tournées depuis votre smartphone ;
  • accéder aux dossiers de soins digitaux de vos patients pour un suivi optimal ;
  • accéder à une messagerie instantanée, sécurisée et confidentielle.

Avec agathe YOU, la fin de votre tournée, c’est la fin de votre journée !

Partager
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Conférence
  • Aucun évènement
-- jours
-- heures
Conférence
Restez informé
Inscrivez-vous à notre newsletter
Dans la même rubrique
Commentaires
S’abonner
Notifier de
guest
4 Commentaires
plus récent
plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Cécile
Cécile
4 mois

j’ai agathe you , je ne l’utilise pas encore à la perfection mais il est vrai que cela me soulage dans mes petites démarches quotidiennes.
Par contre je dirai merci sur le site La Ruche , les astuces de tous les jours , aujourd’hui je viens de lire la charge mentale d’une infirmière et je me suis vu ….
Je vais me mettre plus de musique …..

catherine
catherine
5 mois

J’utilise agathe you depuis quelques mois et je vois la différence. je n’ai presque plus besoin de me connecter sur mon PC pendant mes repos. je peux facturer des que le patient est prêt ( il a sa carte vitale avec lui, il est de bonne humeur, la famille est présente ….) puisqu’avec cette application je suis prête a tout moment. si je découvre un problème sur la création d’un ordonnance je peux la modifier tout de suite pendant la tournée, pas besoin de faire une liste de choses à faire en rentrant. si un patient part en vacance et veut son ordonnance pour une autre infirmière, je peux lui envoyer le scan sur son tel tout de suite . tout cela effectivement a beaucoup diminué ma charge mentale, MERCI Agathe

4
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x