Coralie, infirmière libérale et Gazelle qui profite pleinement de la vie !

Coralie, IDEL qui profite pleinement de la vie !

Découvrez le portrait de Coralie, IDEL en Isère qui profite de la vie et a saisi l’opportunité de participer au Rallye Aïcha des Gazelles pour la première fois !

Qui est Coralie

  • Infirmière depuis : 2010
  • IDEL depuis : 2016 et a commencé les remplacements en 2012
  • Nombre d’associés dans le cabinet : 2 collaboratrices et 1 remplaçante
  • Lieu de travail : campagne
  • Moyen de déplacement : voiture
  • Nombre de kilomètres par jour : 140 km/jour
  • Ses avantages du métier : pouvoir gérer son temps comme on le souhaite, avoir du temps pour être avec ses enfants et du temps pour soi.
  • Ses inconvénients du métier : pas d’équipe autour de soi comme en clinique

Son portrait

CBA : Parlez-nous un peu de vous, pourquoi être devenue infirmière libérale ?

Quand je travaillais en clinique, j’ai commencé par des remplacements. Ça m’a beaucoup plu car le contact est différent auprès du patient. On n’a pas la blouse blanche qui met une limite. On a le temps de créer du lien avec les patients, contrairement à l’hôpital. Moi j’évoluais en chirurgie, avec des gens qui étaient hospitalisés pendant peu de temps. Aussitôt admis on mettait leur dossier dans la case départ, car le lendemain ils ressortaient. Il n’y a pas de lien avec le patient.

J’aime également la diversité du libéral : l’histoire du patient, son caractère, son environnement, font que c’est très diversifié. Il faut toutefois faire la part des choses. On gère aussi des décès à domicile, ce qui n’est pas facile.

Les remplacements m’ont bien plu et j’ai eu l’opportunité de me mettre à mon compte en rencontrant une kiné qui m’a proposé de faire construire un local avec elle.

J’ai donc créé ma patientèle toute seule au début. J’ai ensuite rencontré Emilie, ma collègue qui m’a rejoint.

Les débuts ont été difficiles car il fallait le temps que la patientèle se constitue, je faisais appel à des remplaçants de temps en temps. Et maintenant ça tourne très bien !

 » Cette année, on s’est dit que c’était maintenant ou jamais.  »

CBA : Comment vous est venue l’idée de participer au RAG ?

Ça faisait un moment que je voyais les courts-métrages sur M6, avec des superbes paysages, et les 4×4 au milieu du désert. Je me suis renseignée mais au début c’était juste un rêve inaccessible. En 2016, on a commencé à en parler avec une amie de longue date, du lycée. Mais c’est un projet qu’on ne fait pas à n’importe quel moment de la vie. Jusqu’alors j’avais un bébé en bas âge, mon cabinet venait de se lancer, ce n’était pas possible. Et cette année, on s’est dit que c’était maintenant ou jamais.

Le coté médical de la caravane Coeur de Gazelles m’attire de par mon métier. Le fait que ce soit du hors-piste, coupé du monde, on laisse nos portables, on n’est pas amenés à le faire souvent dans notre vie. Puis les paysages à couper le souffle, le dépassement de soi, le fait de faire quelque chose qui n’est pas commun. Puis la curiosité de la conduite à la boussole ! Je suis assez curieuse de faire de nouvelles expériences et j’avais envie de tester ça ! Également, les valeurs qui sont au cœur du Rallye me correspondent.

CBA : Est-ce que cela a été difficile de rassembler les fonds pour ce projet ?

On a créé une association pour notre projet. Au niveau des sponsors, j’avais un peu peur mais en fait les gens jouent les jeu et sont intéressés par ce Rallye car c’est un rallye 100% féminin, hors-piste et qu’il y a l’association Cœur de Gazelles. Du coup, au niveau de notre discours, ça a été plus simple aussi de mobiliser les sponsors. J’ai appelé sans relâche les entreprises et finalement, on a trouvé notre financement entre début septembre et fin décembre ! Si on ne l’avait pas trouvé, on aurait abandonné.

CBA : Dans quelle catégorie participez-vous ?

En 4×4. Je serais pilote et ma coéquipière fera la navigation. On est tout de suite tombées d’accord et on est assez complémentaires.

 » Mon quotidien aux côtés de gens malades me fait relativiser, je me dis qu’il faut en profiter.  »

CBA : Avez-vous des appréhensions par rapport à cette première participation ?

Ce qui va être le plus dur sera de laisser mon mari et ma fille, qui est petite encore. Mais d’un côté, c’est l’opportunité d‘une vie, il y en a plein qui ne peuvent pas ou n’osent pas. Mon quotidien aux côtés de gens malades me fait relativiser, je me dis qu’il faut en profiter. Je ne suis pas de nature stressée donc je reste positive !

CBA : Comment gérez-vous le Rallye par rapport à votre famille ?

Mon mari me soutient et est super content que je fasse ça. Il est dans l’automobile, donc il adore tout ça et peut-être qu’il aimerait en faire un. C’est lui qui nous prépare le 4×4 d’ailleurs et il est super motivé. Au début, il ne savait pas trop comment ça allait se passer au niveau des sponsors et on ne pensait pas que ça irait aussi bien.

Ma famille attendait de voir si j’allais vraiment le faire et maintenant que je suis inscrite ils sont super contents, ils sont derrière moi.

 » Je pense que le dépassement de soi et la générosité liés à l’association Cœur de Gazelles, sont un lien commun entre le Rallye et le métier d’IDEL.  »

CBA : Voyez-vous un lien entre le Rallye, cette aventure exceptionnelle et votre métier d’infirmière, qui est une aventure du quotidien ?

Disons que je vois surtout qu’il y a des gens qui sont atteints de maladie et je me rends compte que beaucoup de personnes regrettent des choses qu’ils n’ont pas pu faire de leur vie. Ou qui attendent la retraite et puis tombent malade. Ça me montre chaque jour qu’il ne faut pas repousser à demain ce qu’on souhaite faire, car on ne sait pas ce qui peut nous arriver.

Mon métier me fait relativiser par rapport à beaucoup de choses. Je prends les choses beaucoup plus cool.

Plus largement, je pense que le dépassement de soi et la générosité liés à l’association Cœur de Gazelles, sont un lien commun entre le Rallye et le métier d’IDEL.

CBA : Vos patients savent-ils que vous participez au Rallye ?

Non je n’en ai pas parlé, car je reste très discrète sur ma vie privée avec mes patients. On ne peut pas trop savoir les réactions des gens à l’avance. Certains ne pourraient pas comprendre ou me juger. On verra quand on sera plus proche de la date, peut-être que j’en parlerai à certains patients proches.

CBA : Et votre collègue ?

Ma collaboratrice aurait, je pense, été même motivée pour le faire mais n’a pas concrétisé ça. Elle a été très positive et on a trouvé une solution très rapidement pour le planning. On se serre les coudes de ce côté-là.

CBA : Des conseils pour celles qui se lancent ? ou n’osent pas se lancer.

Il faut se lancer ! Je ne sais pas ce qui m’attend mais je pense que si on a envie de faire ça, il ne faut pas repousser à demain. Il faut vivre ses rêves. On pense que ça ne va pas fonctionner mais ça fonctionne !

CBA : Pour finir vous êtes cliente CBA depuis combien de temps ?

Je suis passée sur My Agathe e.motion depuis début 2017. Et depuis qu’il y a le tchat en ligne c’est super pratique, ça me change la vie. Le logiciel est très intuitif et clair. L’application CBA est pratique pour mettre les photos en ligne dans le dossier de soins. J’en suis contente.

Suivez les aventures des Gazelles sur leur page Facebook : https://www.facebook.com/les2moizelles.rallye/

Partager
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Conférence
-- jours
-- heures
Conférence
Restez informé
Inscrivez-vous à notre newsletter
Dans la même rubrique
Slider
Commentaires
avatar
0 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
0 Auteurs du commentaire
Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de