Nouvelles ordonnances, nouveaux mystères !

Mes petites histoires libérales : lire une ordonnances

Ça vous arrive, en tant qu’IDEL, de ne pas arriver à décoder l’ordonnance que vous a prescrit le docteur pour un de vos patients ? Ou encore d’arriver à lire seulement les deux premières lignes et d’être plongée dans l’incompréhension totale ? Vous n’en pouvez plus des médecins qui ne savent pas écrire lisiblement sur les ordonnances ? Cet article ne va pas vous aider à déchiffrer leur écriture, mais il va vous informer sur ce que vous devez savoir dans une telle situation.

L’obligation du médecin prescripteur d’ordonnances

Parfois, les pharmaciens confondent un médicament avec un autre en lisant une ordonnance. Attention ! Un style d’écriture peut faire vite tout basculer, surtout lorsqu’on intervertit un antispasmodique avec un antidépresseur ! Toutefois, le médecin engage sa responsabilité lorsque l’ordonnance qu’il rédige est incomplète ou illisible, comme l’affirme l’article R. 4127-34 du Code de la Santé Publique (CSP) : ce dernier a l’obligation de « formuler ses prescriptions avec toute la clarté indispensable, veiller à leur compréhension par le patient et son entourage et s’efforcer d’en obtenir la bonne exécution ». La lisibilité des ordonnances est donc une obligation déontologique.

Mais que se passe-t-il si le médecin refuse de revoir sa prescription ? Eh bien, en tant qu’infirmière libérale, il est fortement conseillé de refuser d’effectuer la prescription. Aussi, n’oubliez pas de le mentionner dans le dossier médical du patient !

IDEL : l'écriture d'un médecin prescripteur pas toujours facile à déchiffrer ! Infirmière libérale : jouer la Sherlock Holmes pour lire l’ordonnance

Côté IDEL : quand vous engagez aussi votre responsabilité

Ceci dit, cela n’exclut pas le fait que, vous aussi, vous engagez votre responsabilité ! D’une part, en tant qu’IDEL, vous devez toujours respecter l’ordonnance du médecin puisqu’il s’agit d’un acte que vous ne pouvez réaliser que sur prescription médicale écrite, datée et signée.

D’autre part, l’article R. 4312-29 du CSP stipule que « l’infirmier ou l’infirmière applique et respecte la prescription médicale écrite, datée et signée par le médecin prescripteur, ainsi que les protocoles thérapeutiques et de soins d’urgence que celui-ci a déterminés. Il vérifie et respecte la date de péremption et le mode d’emploi des produits matériels qu’il utilise. Il doit demander au médecin prescripteur un complément d’information chaque fois qu’il le juge utile, notamment s’il estime être insuffisamment éclairé ».

Grosso modo, si vous estimez qu’une ordonnance ne contient pas toutes les informations nécessaires (ou si vous ne comprenez tout simplement pas ce petit casse-tête), il vous faudra aller chercher l’information vous-même auprès du médecin prescripteur afin de ne pas exécuter une prescription potentiellement imprécise en ayant les yeux fermés. Redoublez donc de vigilance ! Prenez garde aussi à la CPAM (Caisse Primaire d’Assurance Maladie) qui effectue des contrôles sur 3 voire 5 en cas de fraude. En effet, ce service anti-fraude cherchera le moindre petit détail pour que vous leur deviez de l’argent !

Et n’oubliez pas une chose : même si vous vous dites que ce n’est pas votre boulot d’avoir à déchiffrer une ordonnance, pensez que, tout ce que vous faites, c’est avant tout pour votre patient !

Partager
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Conférence
-- jours
-- heures
Conférence
Restez informé
Inscrivez-vous à notre newsletter
Dans la même rubrique
Slider
Commentaires
avatar
  S’abonner  
Notifier de