« Pour nous infirmiers, un nouveau mode de vie se met en place » – Laurent, IDEL

masque-ffp2-idel-covid19

C’est le constat de Laurent, IDEL depuis plus de trente ans et ambassadeur CBA. Il prend la parole sur l’épidémie de Covid-19 qui touche la France et qui bouleverse le quotidien de milliers d’infirmiers libéraux comme lui.

Coucou,

Pour nous, un nouveau mode de vie se met en place.

J’ai organisé un sas dans un des deux garages de la maison. En arrivant, celui qui vient de travailler se déshabille, laisse son linge qui va partir à la machine à laver et les chaussures sur un tapis. Le tapis est désinfecté quotidiennement et les chaussures aussi. Puis passage au lavabo avec lavage et brossage des mains et désinfection du visage, puis passage à la douche à l’étage.

Plateau de décontamination des clés et objets du quotidien.

Nous utilisons quelques masques que l’on a pu avoir en dotation d’Etat. On utilise les solutions hydroalcooliques que l’on avait en réserve et les nouvelles que l’on a préparé ces derniers jours.

Nous sentons l’arrivée de la vague. Les services d’urgences qui étaient déserts ces derniers jours commencent à se remplir. Nous essayons, quotidiennement de protéger nos patients. Notre rôle éducatif et notre imagination sont soumis à rude épreuve. Il nous faut arriver à toucher le moins d’objets possibles dans les parties communes des résidences. Il faut trouver des astuces pour appuyer sur les boutons ou interrupteurs… nous utilisons maintenant, avec une très grande adresse nos coudes. En effet, la particularité anatomique du coude nous permet de sélectionner l’étage désiré dans un ascenseur et d’éclairer les couloirs et escaliers dans les immeubles.

Notre profession évolue sans cesse, la télémédecine est en train de faire un grand bond en avant et la perception qu’avait la population de notre rôle est en train d’évoluer. Par exemple, la dame qui tient cette blanchisserie, qui nous faisait une chasse virulente il y a encore quelques jours quand on se garait quelques instants sur les emplacements réservés à son commerce, a changé de ton. Elle nous regarde avec un léger sourire et ne nous dit plus rien… Hier un chef d’entreprise m’a appelé pour me proposer un lot de masques FFP2 qu’il avait en réserve pour ses ouvriers, un chirurgien-dentiste m’a appelé pour m’offrir une boîte de masques chirurgicaux… ces gestes c’est l’élan de solidarité qui se développe et cela nous fait chaud au cœur à un point !

Voyant arriver une immense vague, apportant le malheur, la détresse, la souffrance pour des millions de personnes… et nous pauvres petits infirmiers, sommes en première ligne pour essayer de combattre cela. Nous ressentons la peur, l’angoisse de nos patients qui nous voient arriver le matin masqué, mais toujours souriants. Nous les infirmiers, avons le plus beau métier du monde…

Nous sommes habitués à accompagner les gens dans la vie et jusqu’à la mort… mais nous avons le sentiment d’avoir été oubliés par les pouvoirs publics… c’est un casse-tête pour réussir à trouver du matériel de protection pour nous et pour nos patients. Aujourd’hui à la devise républicaine : « Liberté, Egalité, Fraternité » j’aimerais ajouter : Solidarité

Partager
Partager sur facebook
Partager sur twitter

Conférence

  • Aucun évènement
-- jours
-- heures

Conférence

Restez informé
Inscrivez-vous à notre newsletter
Dans la même rubrique
Slider
Commentaires