Vers la fin des AGA (Association de Gestion Agrées) pour les IDEL ?

AGA infirmiers liberaux

Suite à l’annonce de la réforme des Associations de Gestion Agrées (AGA), les professions libérales et de santé vont perdre progressivement les avantages fiscaux dont ils bénéficiaient d’ici l’horizon 2023. On fait le point.

Les rôle actuel des Association de Gestion Agrées (AGA)

Créées en 1974 sous la présidence Giscard afin de développer les compétences nationales en conseil et en contrôle fiscal, les AGA sont des organismes à but non-lucratif. Ils ont pour mission de contrôler les déclarations fiscales des professions libérales et de santé en régime BNC, mais aussi de les assister dans leurs démarches fiscales.

Jusqu’à présent, les libéraux de santé devaient souscrire à une AGA pour éviter une majoration d’impôts de 25%. Une manière de les inciter à avoir recours aux services des AGA. Ils bénéficiaient alors d’un contrôle de leur déclaration fiscale et se voyaient accompagnés par des conseils pour régulariser leur situation.

Ce qui change avec la perte des avantage fiscaux ?

La nouvelle reforme des AGA vise à réduire progressivement les avantages fiscaux dont bénéficient les libéraux à l’horizon 2023, c’est-à-dire que la fameuse majoration n’aura plus lieu, même si vous ne souscrivez pas à une AGA. On pourrait alors croire que ces associations seraient amenées à disparaitre par la perte de nombreux adhérents.

Mais force est de constater que lorsqu’on est soignant et que l’on démarre de zéro, chaque denier compte. On ne peut pas forcément s’offrir les services d’un comptable dès la première année. De plus, les adhésions aux AGA peuvent osciller entre 150 et 350€ par an. Une somme moindre, mais nécessaire pour se faire accompagner quelque soit sa comptabilité, et surtout en l’absence d’un expert-comptable pour se faire aider.

La perte d’adhérents se trouve donc plus du côté des libéraux qui payent d’une part, une AGA pour réduire leurs impôts et de l’autre un comptable. Ces deux prestataires faisant doublon, ces professionnels pourront alors en effet s’offrir une petite économie d’adhésion après 2023.

Rappelons aussi que tous les IDEL ne font pas forcément appel à un expert-comptable ou à une AGA. Certains optent par exemple pour des offres jumelées avec leur leur éditeur de logiciel infirmier comme My Agathe E.motion Comptabilité.

Quel avenir pour les AGA ?

Malgré certaines tentatives prématurées d’annonce de leur fin, les AGA ont encore de beaux jours devant elles. Dans un récent communiqué de l’ANGIIL, on apprend quelques pistes sur les stratégies que vont pouvoir mener ces structures pour s’adapter à la réforme. Expertes dans leur domaines depuis plus de 40 ans, cela ne changera pas après 2023 et puisque les interrogations des professions libérales quant à leur fiscalité ne cesseront jamais, un bel avenir certain se dessine pour elles sur des axes de formations, de conseil et bien sûr toujours, de contrôle fiscal.

Et vous, faites-vous appel à une AGA ? Partagez votre expérience.

Partager
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Conférence
-- jours
-- heures
Conférence
Restez informé
Inscrivez-vous à notre newsletter
Dans la même rubrique
Slider
Commentaires