Plan santé : les IDEL absentes des mesures ?

Plan Santé : Les IDEL absentes des mesures ?

Le 18 septembre, le gouvernement a annoncé les changements à venir pour la santé au niveau national dans un plan de réforme, qui n’a pas manqué de faire grincer des dents la profession infirmière. Nous décryptons pour vous ce plan santé et les impacts sur votre métier.

Les grandes lignes du plan santé

Le plan santé présenté, le mardi 18 septembre et comportant 54 mesures concrètes, a pour but de transformer le système de santé français. Au coeur de ces mesures : une prise de conscience du gouvernement du « mal-être » dans le système de santé. Pourtant qu’en est-il des infirmiers libéraux ?

Les principales mesures :

8 mesures phares du plan santé

  • La création de 4000 postes d’assistantes médicales (infirmiers, aides-soignants, secrétaires médicales). Censées épauler les médecins généralistes, elles pourront notamment prendre en charge certains actes simples.
  • 400 médecins salariés par des centres hospitaliers, envoyés dans les régions pour pallier aux déserts médicaux.
  • Des médecins, faisant partie de réseaux de professionnels de santé et qui assureront les urgences non vitales pour désengorger les hôpitaux.
  • La fin du numerus clausus, qui limitait le nombre d’étudiants en médecine en 2ème année.
  • La réorganisation des activités hospitalières en 3 catégories d’établissements : soins de proximité, soins spécialisés et soins ultraspécialisés.
  • 300 millions d’euros alloués au financement de la qualité des soins dans les établissements hospitaliers.
  • Un parcours de soins dédié pour les patients atteints d’insuffisance cardiaque et d’ostéoporose.
  • La création d’un espace numérique personnel de santé pour 2022, qui permettra de donner accès au patient à toutes ses données de santé, de manière sécurisée.

Ces grandes mesures sont donc principalement orientées vers les médecins et les centres hospitaliers. Pourtant qu’en est-il des infirmières libérales ?

L’impact sur les IDEL

Si a priori une grande partie des mesures ne concernent pas les IDEL, il y en a bien une qui les impactera directement : le nouveau poste d’assistante médicale. Ces nouvelles assistantes pouvant être des infirmières libérales, seront employées par les médecins et payées par l’Assurance Maladie. Si ce rôle venait à se généraliser, l’autonomie et de l’indépendance de l’IDEL serait remise en question.

Par ailleurs, les nouveaux parcours de soins concernant l’insuffisance cardiaque et l’ostéoporose seront largement appliqués par les IDEL au quotidien, qui sont en lien direct avec de nombreuses personnes âgées.

La fronde des infirmières libérales

Si la plupart des représentants des différents métiers de la santé sont satisfaits par les annonces de ce nouveau plan santé, il n’en est pas de même pour le corps infirmier. Voici un tour d’horizon des réactions :

  • L’Ordre National des Infirmiers, dans un communiqué sur son site, a salué l’augmentation de l’enveloppe budgétaire dédiée à financer les nouvelles mesures, et notamment le nouveau statut d’Infirmier de Pratique Avancée. Mais aussi la prise de conscience « de la souffrance des soignants à l’hôpital ». Il dénonce toutefois le nouveau rôle de l’assistante médicale, véritable retour en arrière pour la médecine et mesure inefficace pour résoudre le problème des déserts médicaux.
  • Côté syndicats, même son de cloche. Le SNIIL a publié un communiqué de presse pour exprimer sa colère vis-à-vis du plan santé. Selon le syndicat, il ne bénéficiera financièrement et dans la pratique qu’aux médecins, les IDEL n’ayant même pas été consultées sur les différents projets tels que les nouveaux parcours de soins et le rôle d’assistante médical.
  • Les IDEL font également entendre leur voix sur internet. A l’instar de Peggy, Myriam et Corinne, toutes trois IDEL et auteurs de blogs, qui ont publié une lettre sur leurs pages Facebook pour dénoncer l’absence des IDEL dans ce plan : « Le constat est sans appel, les infirmiers sont les grands absents de ce grand remaniement à venir ».

Et vous, seriez-vous prête à devenir assistante médicale pour un médecin ?

Partager
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Conférence
-- jours
-- heures
Conférence
Restez informé
Inscrivez-vous à notre newsletter
Dans la même rubrique
Slider
Commentaires
avatar
2 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
2 Auteurs du commentaire
MIREILLE POUGHET FREDERIQUE DUTHOIT Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
MIREILLE POUGHET
Invité
MIREILLE POUGHET

Si nous devions devenir des salariées,nos conditions de travail devront alors respecter le Code du Travail,avec toute la complexité que les employeurs lui connaissent.Si c’est le médecin notre employeur,à lui de gérer nos congés annuels,maladie,maternité,accidents du travail,arrêts maladie,donc soit se passer de nous,soit nous trouver lui-même un(e)remplaçant(e).Il devra gérer nos feuilles de paie,intégrant l’impôt à la source et bien d’autres choses encore.
Nous ne serons plus dans des cabinets médicaux mais dans des « entreprises privées » de soins,car je doute fort que les médecins veuillent gérer eux-mêmes tout ce que je viens d’énoncer.

FREDERIQUE DUTHOIT
Invité
FREDERIQUE DUTHOIT

HORS DE QUESTION DE DEVENIR SALARIEE….si cela devient possible:ADIEU LA PROFESSION LIBERALE ET EN AVANT LES IDES SALARIEES DE LA SECU ET A LA BOTTE DU MEDECIN….JE CHANGERAI DE VOIE PROFESSIONNELLE