Rechercher

Annonces de Frédéric Valletoux : une nouvelle étape historique pour la profession infirmière ?

Une nouvelle étape historique pour la profession infirmière ?

Consultation infirmière, droit à la prescription, suivi des maladies chroniques, infirmiers-référent, décrets d’application pour les IPA : les annonces du ministre Frédéric Valletoux du 14 avril 2024 marquent une étape historique pour la profession et l’égalité d’accès aux soins.

Après trois mois de mobilisations intenses, ponctuées de manifestations symboliques avec des cercueils pour dénoncer « l’agonie » de leur métier, les infirmiers libéraux ont pu ce jeudi plaider pour une revalorisation des tarifs de leurs prestations, inchangés depuis quinze ans, et ont souligné leur épuisement professionnel. En réponse à la pénurie de médecins et au vieillissement de la population, il a été proposé que les infirmiers puissent gérer le suivi de maladies chroniques ou renouveler des ordonnances ! Et ils ont finalement reçu des engagements concrets de la part du gouvernement.

Les annonces du ministre délégué à la Santé

La proposition du ministre Frédéric Valletoux, délégué à la Santé, ne vise pas à remplacer les médecins, mais à accorder aux infirmiers des responsabilités élargies. L’objectif étant d’améliorer l’accès aux soins, notamment en leur permettant de suivre des maladies chroniques et de prolonger des ordonnances en toute autonomie, pour renouveler ainsi la confiance dans leurs compétences.

Et bonne nouvelle, cette réforme prévoit la publication des décrets avant l’été ! Elle est perçue comme une étape historique vers l’égalité d’accès aux soins.

Vers plus de responsabilités et de reconnaissance ?

Le ministre Frédéric Valletoux a souligné l’obsolescence des anciennes approches qui définissaient le métier infirmier simplement comme un ensemble de tâches. La nouvelle vision pour la profession permettra aux infirmiers de gérer le suivi des maladies chroniques en coordination, mais avec plus d’autonomie vis-à-vis des médecins traitants.

Un engagement clé pour l’autonomie des infirmiers

Dans un contexte où obtenir un rendez-vous médical peut être compliqué, l’infirmier devient un maillon indispensable, la dernière défense contre les erreurs potentielles. Capable de détecter les incompréhensions des patients, les effets indésirables de traitements ou des problèmes d’adaptation au domicile, l’infirmier joue un rôle essentiel en redirigeant les patients vers d’autres professionnels de santé ou des services médico-sociaux adaptés.

Qu’en pensent les acteurs du secteur ?

L’ordre national des infirmiers s’est exprimé sur ces avancées, affirmant que cela résulte d’un effort soutenu pour lever les blocages et moderniser la profession. Ils ont été, selon leurs propres mots, « en première ligne » pour encourager ces changements significatifs avec détermination.

Cette autonomie accrue est célébrée par la Fédération Nationale des infirmiers (FNI), qui voit dans ces annonces une valorisation de la profession et un moyen de faciliter l’accès aux soins pour tous les patients. La FNI met également en lumière l’importance des négociations conventionnelles à venir pour définir les modalités financières liées à ces nouvelles compétences.

John Pinte, président du syndicat SNILL, a mis en avant l’importance d’un nouvel espace dédié à l’éducation thérapeutique. Les infirmiers pourraient, par exemple, enseigner aux patients diabétiques comment gérer leur médication, leurs symptômes et leur alimentation, ou soutenir les patients récemment sortis de l’hôpital, souvent submergés par la quantité d’informations à assimiler.

Toutefois, tous les acteurs du secteur ne partagent pas le même enthousiasme. Le syndicat convergence infirmière, tout en reconnaissant les progrès, exprime certaines frustrations et continue de militer pour que la consultation infirmière permette une évaluation complète des besoins des patients, sans être prescrite de manière restrictive.

De son côté, l’union nationale des infirmier.es en pratique avancée (UNIPA) salue la promesse d’une accélération dans la publication des décrets nécessaires. Elle souligne le besoin d’une structuration claire de la discipline pour que les IPA puissent devenir un premier recours efficace, en complémentarité avec les médecins.

Vers une meilleure coordination des soins ?

Cette réforme représente donc une opportunité majeure pour les infirmiers de prendre une part plus active dans le système de santé, avec une reconnaissance accrue de leur rôle essentiel dans la prise en charge des patients. L’extension des compétences et la création de la consultation infirmière sont des avancées qui, espérons-le, mèneront à une meilleure coordination des soins et à une amélioration de l’accès aux soins pour tous. Ça avance doucement, mais ça avance ! Les syndicats regrettent toutefois que les négociations sur la rémunération soient, elles, renvoyées à l’automne. Car cette « revendication première » qui a lancé les infirmières dans la rue « ne peut plus attendre ».

Conférence
-- jours
-- heures
Conférence
Restez informé
Inscrivez-vous à notre newsletter
Dans la même rubrique
Commentaires
S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
plus récent
plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Martin
Martin
7 jours

Clairement le sujet n’est pas d’élargir nos compétences !! Ce n’est pas ça quel’on demande, mais une revalorisation des actes et la prises en compte de la pénibilité du travail! Avant d’en créer de nouveaux!!